Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/03/2011

Un curieux et étonnant souvenir...

C'est Edouard qui raconte:
En juin 1993, un agent de spectacle de l'Hérault, OC Promotion, nous propose un Gala à l'occasion du mariage de la fille d'un personnage du monde des affaires de Toulouse.
Une grande discothèque à Toulouse.
Le plateau était très relevé, et avec nous, il y avait un groupe sosie (vocal, musical et visuel) des Blues Brothers, Dany Kakon et autres.  Des Lyonnais.
Mise en scène digne des grands films sur la prohibition aux USA. Il ne manquait que Sergio Leone pour la mise en scène et Robert de Niro...
La soirée bat son plein, les numéros se succèdent, Les Blues Brothers sont en pleine forme et c'est l'entrée en scène d'EDOUARD et SARAH. Entrée chantée et dansée, mise en bouche avec un jeu de cartes, puis un spectateur bande les yeux de Sarah, et enfin Edouard descend dans la salle, pleine comme un oeuf. Sarah révèle nom, prénom, et autres choses sur les convives, devine les objets remis à Edouard.
Edouard passe à plusieurs tables puis se dirige petit à petit vers la table du papa de la mariée. 
Edouard  arrive à la table voisine, Sarah décrit les objets et cartes d'identité, lorsqu'une main se pose, lourde, sur l'épaule d'Edouard. J'entends une voix me chuchoter:
"Edouard, c'est super votre prestation, mais le patron veut que vous arrêtiez. Il vous paye, mais il faut arrêter!"
Moi, interloqué, je ne comprends pas...  je fais semblant de ne pas comprendre ce que l'on me demande et me rapproche de la table du patron. Quinze secondes plus tard, la main se fait plus insistante sur mon épaule:
"Edouard,  le patron veut que vous arrêtiez. Il vous paye, mais il faut arrêter! Merci",
 La demande est pressante, oppressante. L'intonation ne me laisse pas le choix.
Je demande à la technique de lancer notre jingle de sortie, et Sarah, hébétée, ne comprend rien à ce qu'il se passe. Je remonte en scène, lui enlève son bandeau, elle me regarde, le regard plein d'interrogations, nous saluons et quittons la scène sous les applaudissements d'un public médusé.
Sarah éclate en sanglots dans les coulisses, mais elle est vite consolée par l'orchestre des BB et les autres artistes, ainsi que par Edouard qui la réconforte: "Non, cela n'a rien à voir avec notre prestation..."
Le fin mot de l'histoire: le papa de la mariée a eu peur des révélations que pourraient faire Sarah, avec ses dons de "divination" et de "télépathie".
Un  curieux souvenir...

23:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.